Nico36 et les nains de jardin

Dans la vie il y a les maîtres du jeu, et puis il y a la multitude grouillante et infâme, celle des nains de jardin. Nakama, Okavongo : des demis-dieux qu'on vénère, qu'on s'agenouille, qu'on bidouille, qu'on citrouille en espérant transformer notre citrono-pipo en carrosse doré. Et puis il y a les substances, les gaz rares, les arc-en-ciel, les Delon. Sont tellement peu que je viens de tous les citer à défaut d'un : Nico36 !

Nico36, pour ceux qui sont là depuis le quasi début, est apparu en l'an 2 de l'ère The Bull, et tout de suite, direct, il a scoré du swag que je veux son corps brûlant dans mon lit, peau de zizi ! Il a mis le feu au jeu, il nous a tous repassés à la Soupline concentrée sucrée, et on bavait des ronds de chapeau.

Puis l'hiver vint.

2008. La nuit intégrale. Seul Labadie du coup de bol qu'on l'a jamais revu, survécut à des températures qui frisaient - 50 du slip congelé. Nico36 pris cher dans la tirelire, et disparut lui aussi.

L'hiver dura et le printemps se fit attendre. 7 années à se terrer dans des grottes dans lesquelles il n'est pas bon de mettre les pieds dedans tellement ça cocotte.

On le croyait mort.

Mais non. Nico36 peaufinait sa revanche au chalumeau en tungstène aggloméré, et coucou, le revoilà ! + 30 % en 18 jours de bourse, tu t'inclines, et tu bouffes ton calot de nain de jardin en céramique. J'ai dit ! :-D

Classements du: 2017-01-18.